Соня Димитриевич


Соня Димитриевич (Sonia Dimitrievitch)
выдающаяся цыганская певица и танцовщица.

"La mère de Sonia Dimitrievitch, était la cousine germaine de mon père. Sonia encore jeune fille, m'amenait quelquefois avec eux, parce que justement je savais déjà lire et écrire, mais surtout compter ! C'est ainsi que je connus les coulisses du music-hall l'Alhambra et les studios de cinéma. Les Dimitrievitch tournent dans le film d'Alexis Cranowsky, la tragédie impériale, dont l'acteur Harry Baur tenait le rôle de Raspoutine, un jeune Corne, Tino Rossi, chantait dans ce film, dont le décor représentait un cabaret tsigane de Russie."Matéo Maximoff Études tsiganes 1983


"Sonia Dimitrievitch, fille de la liberté et du vent, était la représentante d'un siècle qu'on ne peut chiffrer. Je dirai en pastichant Maeterlinck, que si les autres possédaient incontestablement le feu sacré, elle, c'était le feu sacré qui la possédait. Sa voix unissait avec une parfaite aisance les vertus de la tradition populaire aux conceptions éclairées du style le plus pur. Écouter Sonia, c'était boire de l'eau de source dans un gobelet en argent. Je reste convaincu en mon for intérieur que si Ilia Sokolov, sortant de sa tombe, avait fait un tour dans le petit monde des cabarets à ce moment-là - en quête de choristes pour un chœur imaginaire - Sonia Dimitrievitch aurait été la première à être engagée, elle aussi non pas parce qu'elle était la meilleure, mais parce qu'elle était la plus vraie dans son art.

Quelques disques nous servent de témoignage pour avoir une idée des transformations subies par le chant tsigane pendant le quart de siècle délimité plus haut. Ces premiers microsillons institutionnalisent l'amalgame chanteur tsigane-russe/orchestre tsigane-hongrois.

Les choeurs ? Quels choeurs ? On entend la guitare et la voix de Dima Oussov ou celles de Zvi Borodo dans les disques de Lida Goulesco. Pour entendre Sonia Dimitrievitch, secondée par Georges Ivanov, il faut acheter un des disques de Yochka Nemeth. D'ailleurs, tout en écoutant les quelques chansons qui ne sont qu'intermèdes dans le contenu global du disque, il est impossible d'oublier ne seraitce qu'une seconde qui est la vedette ; on entend le violon de Yochka sur toute la durée du chant jusqu'à en doubler la mélodie, pratique courante de la musique de variétés..."

Constantin Kazansky Études tsiganes

 "Stephane Dimitrievitch et sa femme Lalia ont abandonné, ce soin, le « Shéhérazade » pour chanter en tsigane et pour danser, avec l'accompagnement des guitares, les danses et les chants des Tsiganes de Russie.Sonia Dimitrievitch, sœur de Stéphane, est venue du « Tsarévitch ». Elle chante une chanson en langue tsigane et une autre en russe. L'une des chansons est de sa composition. Son fils Johnny (Yanko) fait partie de l orchestre qui l'accompagne."
Études tsiganes

"Au manoir du But, Pali Gesztros, son orchestre tsigane et la chanteuse Sonia Dimitrievitch ont recréé l'atmosphère du cabaret parisien le Tsarévitch, selon La Presse de la Manche, Cherbourg, 30 septémbre 1971

UNE SOIREE TSIGANE INSOLITE.
Dans le cadre de l'Exposition-vente d'artisanat tsigane qui s'est tenue en février au Drugstore Saint-Lazare, a été organisée une soirée tsigane particulièrement typique. Après un repas confectionné par les Rom de Paris (et auquel les Manouches avaient ajouté une dégustation de hérisson !), le public eut le privilège d'entendre successivement l'orchestre de Mat- cho Sauzer, la grande chanteuse tsigane Sonia Dimitrievitch et l'ensemble de Joseph Reinhardt (avec Babick Reinhardt et Henri Adel).
Bientôt, l'ambiance fut telle que Tsiganes et Gadgé partagèrent les mêmes tables et s'unirent dans les mêmes danses. Cette soirée, improvisée au dernier moment, ne nous permit pas d'inviter tous nos amis ainsi que nous nous l'étions proposé. Qu'ils ne nous en tiennent pas rigueur. Une nouvelle manifestation, plus typique encore, est en préparation. Et cette fois, nous ne manquerons pas de leur en donner la primeur.
Monde Gitan

Комментариев нет:

Отправить комментарий